À travers ce texte, j'aimerai le remercier

Co-gagnante du concours Mawlid 2020 - Claudia Christmann

Nous sommes cinq. Je suis la dernière à monter dans la voiture. Nous faisons un arrêt au centre commercial Auchan. Les filles bavardent. Je suis très silencieuse. Je n'ai jamais vraiment aimé parler en voiture. Quand nous prenons la route, mes yeux se posent sur un livre. Je demande à qui est ce livre ? Une fille que nous nommerons B. lève la main et me dit "si tu veux tu peux le lire". Je prends le livre dans mes mains et le titre apparaît ainsi que son auteur "La Sira du Prophète Muhammad pour les jeunes par Sofiane Meziani." Cette fois-ci, rien ne me bloquait, je sentais que mon cœur était prêt à rencontrer le dernier des Prophètes. Je me mis à lire sans jamais m'arrêter. Pendant toute l’heure du trajet, je n'ai jamais cessé de lire. Je me nourrissais du livre, je sentais mon cœur battre réellement pour la première fois envers un être humain. Un être que je rencontrais à travers ce livre. La première fois que j'ai lu la vie du Prophète Muhammad (Saws), j'ai lu le livre avec passion. Je ne me suis pas attardée sur les leçons qu'Il (saws) pouvait m'enseignées. Je tournais chaque page et à chaque fois, j'étais étonnée par sa magnifique personnalité. J'ai pleuré en silence.... mais j'ai pleuré. Il était si miséricordieux, si généreux, si empathique, si bienveillant, si indulgent, si patient... toutes ces qualités en une personne. Oui ! il était bien le dernier des Prophètes, oui c'était lui la dernière pierre à l'édifice. C'était lui qui s'était battu avec persévérance pour qu'aujourd'hui, moi, Claudia, je puisse dire fièrement “je suis musulmane !”. Allah avait choisi le plus grandiose des êtres humains pour la plus grandiose des missions. 

Jamais ce jour-là, je n'ai cessé de lire et ce, même quand nous sommes arrivées à la plage. Même B. remarqua mon engouement pour le livre. "On ne t'entend pas" m’avait t-elle dit. "Oui, j'aimerai garder ce livre si ça ne t'embête pas, j'aimerai le relire ce soir chez moi" lui avais-je demandé. Elle me répondit alors que je pouvais le garder.. 

Finalement, nous sommes rentrées plus tard que prévu et je me suis endormie sur le chemin du retour. 

Arrivée chez moi, je m'étale sur mon lit. Je me mets à méditer sur cette grande rencontre qui, je suis sûre, allait changer ma vie. Oui, c'est évident tout serait bien mieux car à partir de ce jour il y aura quelqu’un dans ma vie qui ne pourrait jamais me décevoir. Je ferme les yeux sur ses mots et je me réveille une heure plus tard. Une fois réveillée, j'envoie un texto à B. "Mais pourquoi ne pas m'avoir parlé du Prophète (Saws) avec plus d'insistance? Toi qui sait que je lisais la biographie des Prophètes ?" Elle me répond du tac au tac "Tu devais le rencontrer toi-même.” ; "Mais il est extraordinaire, comment c'est possible qu'il soit aussi patient, aussi gentil ?" Elle me répondit :" Et oui... c'est notre SuperStar !" 

Moi qui avais "perdu" mes parents, qui n'était réellement proche de personne, j'avais trouvé la SuperStar de ma vie. Tout ce que j'avais enduré pendant mon enfance, prenait un sens. Allah m’avait préparée à accepter complètement cet amour. Cet amour qui prenait autant de place ne pouvait être destiné qu'à une seule personne : Le Prophète Muhammad (Saws).

Depuis, je vis chaque jour à ses côtés, même si il n'est pas là physiquement. Il m'apporte chaque jour son aide à travers sa vie, ses épreuves, sa personnalité, son comportement, ses erreurs... Et par-dessus tout il m'apporte une communauté. J'ai la sensation d'appartenir à une gigantesque famille. Moi qui n'en a jamais vraiment eu : j'appartiens désormais à la plus belle des familles, celle du Prophète de l'Islam (Saws). 

Donc à travers ce texte, j'aimerai le remercier : merci très cher bien aimé, car je ne ressens plus la douleur d'être orpheline depuis que je sais que toi tu as perdu ton père avant ta naissance. 

Merci car j'observe d'un autre angle ce qui me semble être pour moi un mal, depuis que je sais que tu as été une source de bénédiction pour ta nourrice Hâlima. Elle qui pensait accueillir un orphelin, en réalité se retrouvait face au futur Messager d'Allah. Tu as été pour elle une source de bienfaits. 

Quand mon cœur s'obscurcit, je me souviens qu'à l'âge de deux ans, des anges te couchèrent au sol et te fendirent la poitrine pour purifier ton cœur. Comme tu étais pur, j'essaye de revenir à Allah pour que mon cœur soit aussi doux que possible.