La responsabilisation des jeunes

Le Messager de Dieu , un modèle dans son comportement avec les jeunes

Le comportement du Prophète avec les enfants est marqué de respect, d’amour et de pédagogie. Bien qu’il plaisantait parfois avec eux, il leur parlait généralement avec sérieux et leur faisait prendre conscience de leur responsabilité selon les situations.

Cette responsabilisation et ce respect de l’enfant peut être perçu à travers divers moments de la vie du Prophète .

Avant la révélation, le Prophète était déjà très respecté des habitants de la Mecque, il était considéré comme le plus honnête et le plus noble de ses contemporains mecquois. Suite à son mariage avec Khadîja bint Khuwaylid, celle-ci lui avait offert un jeune esclave afin qu’il soit son serviteur. Cet esclave, Zayd b. Hâritha, était un jeune homme qui avait été enlevé lors d’une razzia puis vendu, comme cela se faisait souvent parmi les tribus de l’Arabie préislamique. Quand le père de Zayd apprit que son fils était esclave à la Mecque, il s’y rendit, accompagné de son frère, afin de le racheter.

Le père et l’oncle de Zayd exposèrent à Muhammad leur intention. Ce dernier leur proposa alors de laisser le choix à Zayd de les rejoindre ou de rester à la Mecque car il s’était attaché à lui. Si le jeune homme choisissait sa famille, il serait libre de les rejoindre, sans aucune contrepartie.

Quand la question fut posée à Zayd, celui-ci préféra rester à la Mecque, comme esclave, plutôt que rentrer chez lui, libre. Il dit à son père : “J’ai vu de mon maître des comportements qui me le font préférer au monde entier, pour toujours”. Muhammad , très fier, se rendit devant la Ka‘ba, et proclama avoir affranchi Zayd, et l’avoir adopté par les mots suivants : « Zayd est mon fils, je l’adopte et il m’adopte et nous héritons l’un de l’autre ».

Cet épisode atteste de l’exemplarité du futur Messager de Dieu de deux manières différentes. D’abord, le choix de Zayd indique que le Prophète le traitait de la meilleur des manières, lui prodiguant tout ce dont un enfant a besoin, sans le dénigrer ou l’humilier, comme c’était l’habitude des contemporains du Prophète envers leurs serviteurs et leurs esclaves.

Ensuite, et c’est là une leçon peut-être encore plus instructive pour chacun de nous dans notre attitude à l’égard de la jeunesse, Muhammad donne le choix à Zayd, et le responsabilise, alors que la société l’avait au préalable spolié de son droit le plus fondamental : la liberté. Le Prophète inverse ce processus et donne à Zayd de l’importance, et lui permet d’être acteur de sa propre destinée, tout en respectant ses choix et son intégrité physique et morale. Cette attitude de respect, de considération et de responsabilisation est l’une des pierres angulaires du comportement du Prophète ﷺ avec les jeunes compagnons.

D’ailleurs, parmi les enfants qui ont grandi auprès du Prophète , on peut citer le cas de Anas b. Mâlik, un enfant médinois qui a été le serviteur du Messager de Dieu durant dix ans, depuis l’hégire jusqu’à la mort du Prophète . Sans que Anas ne s’en rende compte, le Prophète l’a éduqué par l’exemple de la meilleure des manières. Anas décrivait ces dix années par la suite en disant que jamais il n’a entendu le Prophète lui dire, ne serait-ce qu’une seule fois, “pourquoi as-tu fait ceci ?” ou “pourquoi n’as-tu pas fait cela ?”. Anas disait après la mort du Prophète , qu’en réalité, ce dernier l’avait bien plus souvent servi qu’il n’avait lui-même servi le Prophète… Il devint par la suite l’un des plus grands savants musulmans de part tous les enseignements que le Prophète lui avait prodigué durant ces dix années qu’il avait passé près de lui.

%s

X