Muhammad ﷺ une miséricorde pour les mondes

Nous avons déjà évoqué dans d’autres articles la miséricorde qu’ont eu le Prophète ﷺ et les compagnons avec les prisonniers de Badr, qui les avaient pourtant tant combattus et persécutés dans les années passées.
Mais le Prophète ﷺ n’a pas été envoyé que pour apporter la miséricorde aux hommes exclusivement, mais également pour apporter la miséricorde pour le règne animal et l’ensemble de la nature. Dieu dit dans le Coran : “Nous ne t‘avons envoyé que miséricorde pour les mondes” (21 : 107)
A de nombreuses reprises, le Prophète ﷺ a rappelé qu’il était du devoir du croyant de se comporter décemment avec les animaux et toute chose vivante. C’est ce qu’il a enseigné aux musulmans en disant : “Ne vous comportez pas avec les êtres vivants comme des objets.”
Pourtant, la société tribale dans laquelle l’islam est apparu n’avait pas de véritable respect pour la dignité humaine, alors que dire de la dignité animale…
Un jour que le Prophète ﷺ marchait dans Médine, il vit un âne dont le visage avait été marqué au fer. A la vue de ce fait, banal pour les arabes de l’époque, il dit : “Dieu maudit celui qui a fait cela à cet âne”.
Car si l’on demande la grâce et la miséricorde de Dieu, comment peut-on le faire en manquant de respect et en ne faisant pas preuve de clémence à notre tour envers les créatures de Dieu ?
Malheureusement, à force de s’éloigner de l’islam du Prophète ﷺ, des musulmans ont oublié l’importance qu’il faut accorder à la vie, qu’elle soit humaine ou animale. Nombreux sont ceux qui pensent que les pratiques ou les adorations suffisent pour mériter la satisfaction de Dieu. Ils se montrent ainsi négligeant envers les animaux et leur souffrance.
C’est là oublier tous les enseignements de Muhammad ﷺ, notre modèle et Prophète Bien aimé ﷺ. Il nous a appris la clémence et la miséricorde, qui valent si cher auprès de Dieu.
Reprenons à ce sujet l’histoire que nous a rapporté le Prophète ﷺ d’une prostituée qui, un jour, vit un chien assoiffé au bord d’une route. Alors, ayant pitié de lui, elle utilisa sa chaussure comme récipient pour récupérer de l’eau d’un puits et l’en abreuver. Alors, Dieu eut pitié d’elle et lui accorda le Paradis.
Ayons de la miséricorde pour les animaux, pour la Terre, et les générations futures, pour que Dieu nous fasse aussi miséricorde.

%s

X