La réaction des compagnons suite à la mort du Prophète ﷺ

Le décès du Prophète Muhammad ﷺ fut un véritable choc pour ses compagnons.

Soudain, ils venaient de perdre le dernier lien direct que l’humanité n’aurait plus jamais avec Dieu. Plus de messagers, plus de prophètes, plus de révélations.
Mais peut-être que le plus difficile encore était que les compagnons, hommes comme femmes, perdaient brusquement la personne que chacun d’entre eux aimait le plus au monde. Ils perdaient le Messager de Dieu, Muhammad ﷺ, qui les soutenait tous les jours, qui les aidait, qui les consolait et qui était « plus généreux et plus prodigue de sa bonté que le vent tumultueux n’est rapide et puissant », selon l’expression de ‘Abdallah b. al-‘Abbâs, dans un hadith rapporté par al-Bukhâri.

Face à cette perte immense, certains compagnons refusèrent d’accepter la réalité qui était sous leurs yeux, comme ‘Umar b. al-Khattâb par exemple.
Ce dernier refusa nettement cette idée, et appela les musulmans à ne pas y croire non plus. On fit alors appeler Abû Bakr, qui était à ce moment-là dans un autre quartier de la ville de Médine. Il accourut, entra dans l’appartement de ‘A’isha, sa fille, et demanda à toutes les personnes présentes de sortir de la pièce.

Il découvrit alors le visage du Prophète ﷺ, dont le corps avait été enveloppé d’un tissu rayé blanc et rouge. Il regarda alors le visage de son ami de toujours, Muhammad, son frère, son Prophète ﷺ, son guide, son chef. Et effectivement, il constata que son meilleur ami était bel et bien décédé. Face à cette douleur intense, sa première pensée va à Dieu, qu’il cite en récitant : « Tu mourras, et ils mourront également » (39 : 30) Il a alors embrassé le visage de son Prophète ﷺ et a pleuré.

Il a ensuite enlacé le Messager de Dieu ﷺ, et, a embrassé le front de son ami. Puis, dans sa souffrance intense, il s’est repris, a séché ses larmes et s’est levé.

Il sortit de l’appartement, et appela les compagnons à lui. Ces derniers, qui étaient regroupés autour de ‘Umar, laissèrent ce dernier et allèrent vers Abû Bakr. Celui-ci prit alors la parole et annonça : « Ô gens ! Que ceux parmi vous qui adorent Muhammad, qu’ils sachent que Muhammad est mort. Et que ceux qui adorent Dieu, qu’ils sachent que Dieu est vivant et ne meure jamais ! Dieu le Très Gracieux et le Très Haut a dit : « Muhammad n’est qu’un Prophète parmi tant d’autres qui sont passés avant lui. Seriez-vous hommes à abandonner le combat, s’il venait à mourir ou à être tué? Ceux qui abandonnent le combat ne nuisent en rien à Dieu. Mais Dieu saura récompenser ceux qui sont reconnaissants. » (3 : 144)

Les compagnons qui étaient présents ce jour-là ont ensuite relaté ce moment. Abdallah b. al-‘Abbâs disait que c’était comme si aucun compagnon ne se souvenait plus de ce verset avant qu’Abû Bakr ne le récite ainsi.
Anas b. Mâlik, après avoir servi pendant dix ans le Prophète ﷺ, décrivait par la suite ce jour-là comme le jour le plus noir qu’il ait jamais vécu, le jour où la ville de Médine « s’est obscurcie ».

Le Prophète Muhammad ﷺ est le seul être humain que Dieu a chargé d’une mission infinie, dans le temps comme dans l’espace. En effet, les autres prophètes devaient appeler leur peuple à croire en l’unicité de Dieu, le Prophète Muhammad ﷺ devait appeler l’humanité tout entière, et toutes les générations futures. Le jour de sa mort, cette responsabilité s’est répartie sur tous les musulmans. Et depuis, le Message repose sur les épaules de chacun d’entre nous. Serons-nous à la hauteur de notre mission ?

%s

X