Le Prophète ﷺ et Jâbir b. ‘Abdallâh : l’attention extrême du Prophète ﷺ envers les jeunes et les pauvres de Médine. ?

Jâbir b. Abdallâh est un compagnon médinois entré en islam à l’âge de 15 ans. C’est en effet à cet âge-là qu’il participa, aux côtés de son père...

Jâbir b. Abdallâh est un compagnon médinois entré en islam à l’âge de 15 ans. C’est en effet à cet âge-là qu’il participa, aux côtés de son père Abdallâh b. ‘Amr, au deuxième serment d’allégeance d’al-‘Aqaba, trois mois avant que n’ait lieu l’hégire.

Lors de la bataille d’Uhud, Jâbir, qui avait alors 18 ans ne put participer à la défense de la ville contre l’armée mecquoise. Son père lui avait en effet ordonné de rester, prévoyant ainsi que s’il mourait, Jâbir s’occuperait de ses neuf soeurs. Son père Abdallâh tomba martyr ce jour-là, laissant au jeune Jâbir le soin de la famille ainsi que d’importantes dettes.

Mais la bataille d’Uhud eut lieu durant le mois de mars, soit plus de six mois avant la saison des récoltes dans les plantations dattières qui se déroulaient normalement entre le mois d’octobre et novembre. Quand l’usurier vint alors lui demander d’honorer la dette de son père qui venait de mourir, Jâbir n’avait aucun moyen de payer.

Jâbir, démuni, vint alors voir le Prophète ﷺ, qui était devenu comme un père pour lui alors qu’il ne le connaissait depuis à peine trois ans.

Le Prophète ﷺ fit alors le trajet à pied pour intercéder auprès du créancier, qui vivait dans les quartiers sud de la ville de Médine, à 6 km de la mosquée. Face au refus du créancier d’accorder tout délai supplémentaire, le Prophète ﷺ, impuissant, fit avec Jâbir un déplacement de 8 km à pied jusqu’au verger de ce dernier. Arrivé sur place, affligé et triste de ne pas pouvoir secourir son compagnon et ami, le Prophète ﷺ, qui était le chef d’un État qui comprenait déjà quinze mille habitants, prit les arbres dans ses bras, et commença à prier dans le verger et à demander à Dieu de résoudre la dette de Jâbir.

Àprès avoir passé plusieurs heures à prier dans le verger, le Prophète ﷺ a ordonné de récolter les dattes, palmier après palmier et supervisa lui-même l’opération qui dura plusieurs heures.

A la suite de cet épisode, Jâbir put honorer la dette de son père, et il lui resta après cela encore la moitié de la récolte.

Le Prophète Muhammad ﷺ, voyant cela, fut très touché par la grâce que Dieu lui avait accordé ce jour-là en exauçant sa demande par un miracle. Empli de gratitude envers Dieu le Très Haut, il prononça alors les mots suivants : «J’atteste que je suis le Prophète de Dieu ».

Cette anecdote nous montre l’attention que le Prophète ﷺ accordait à chaque compagnon, jeune ou vieux, pauvre ou riche. Elle montre le temps qu’il prenait pour eux, et l’énergie qu’il investissait pour résoudre chacun de leurs problèmes, lui qui avait pourtant à ce moment-là déjà 56 ans, et était le chef de l’Etat médinois. Enfin, considérons le fait que Jâbir soit venu demander de l’aide au Prophète ﷺ au moment où il s’est retrouvé le plus démuni. Une confiance rare qui atteste de la grande proximité, de l’affection et de l’amitié qui liaient le Prophète ﷺ à chacun de ses compagnons.

%s

X