Muhammad ﷺ, un modèle d’espérance et d’humilité.

Juste après sa première rencontre avec l'ange Gabriel, la Mère des croyants Khadîja emmène le Prophète ﷺ voir son cousin...

Juste après sa première rencontre avec l’ange Gabriel, la Mère des croyants Khadîja emmène le Prophète voir son cousin chrétien Waraqa b. Nawfal. Lors de cette rencontre Waraqa dit au Prophète : « – […] Puissé-je vivre jusqu’au jour où ton peuple te chassera.  

  • M’expulsera-t-on ? s’étonne le Prophète
  • Il n’est personne qui soit venu avec un message semblable sans qu’il n’ait été traité avec hostilité. Si je vis jusque-là, je te prêterai main-forte. »

Sept années après cet épisode, le Prophète ﷺ a effectivement été traité avec hostilité par les siens qui l’ont boycotté, persécuté et ont comploté afin de l’assassiner.

Après trois années de boycott, de souffrances physiques et morales à la fois envers sa propre personne, envers les musulmans et leurs alliés non musulmans, le Prophète perd son oncle et père adoptif qui était son garant et son plus grand soutien, Abû Tâlib. Suite à cette perte, le Prophète se rend à Tâ’if afin de chercher assistance et protection, mais il n’y trouvera que des insultes et de l’hostilité.

Les habitants de Tâ’if lui jettent des pierres et le Prophète s’en va le visage en sang. Ibn Ishâq rapporte dans le plus ancien ouvrage de sîra que nous possédons, que le Messager de Dieu s’est alors tourné vers Dieu et a dit : « Ô Seigneur ! Je me plains à Toi de ma faiblesse et de mon impuissance ! Je me plains auprès de Toi, le plus Miséricordieux, d’être persécuté par les gens. Tu es le Seigneur des opprimés et Tu es mon Seigneur. À qui me confies-tu donc ? À des gens distants qui me réservent un piètre accueil ? Ou à un ennemi entre les mains duquel Tu as placé mon destin ? Et si cela n’est pas le signe de ta colère contre moi, alors tout cela m’importe peu ! Je ferai tout jusqu’à ce que Tu sois satisfait ! Car, certes Ton pardon m’est plus cher. J’invoque la lumière de Ton visage pour lequel les ténèbres se sont éclaircies et auquel apparaissent le destin de ce bas monde et de l’au-delà. Ne fais pas descendre sur moi Ta colère et épargne-moi Ton mécontentement ! Nulle puissance et nul pouvoir n’existent en dehors de Toi. »

Dans ce retour à Dieu, nous voyons l’humilité avec laquelle le Prophète s’adresse à Lui, mais aussi l’humilité avec laquelle il se considère lui-même. Il est la meilleure des créatures de Dieu et pourtant il ne fait preuve d’aucun orgueil. Il reste humble et s’en remet à Dieu en qui il a entièrement confiance, à la fois pour lui confier ce qu’il ressent, mais aussi pour lui confier son sort. Il sait que son destin est entre les mains de Dieu. Le Prophète fait preuve d’acceptation (ridâ), tout ce qui l’importe c’est la satisfaction de son Seigneur, et il accepte tout ce qui vient de Lui.

Le Prophète Muhammad revient à son Seigneur plein d’humilité, et Lui demande de lui accorder Son pardon. Par ailleurs, il n’invoque Dieu que de manière positive. En aucun cas le Prophète ne demande des comptes ou se résigne à un sort négatif. Bien au contraire, il ne demande à Dieu que du bien et n’attend de Lui que de la bonté à son égard. Le Prophète ne jette la faute sur personne et se contente de revenir à sa situation et à sa condition, il demande à Dieu de lui pardonner ses fautes et ne reste pas dans un discours victimaire.

%s

X