“Fraternité”

La fraternité est l’un des piliers sur lesquels le Prophète Muhammad ﷺ a construit la ville de Médine...
fraternité

Fraternité

La fraternité est l’un des piliers sur lesquels le Prophète Muhammad  a construit la ville de Médine. Cette fraternité, il l’a plus précisément construite entre les Muhajirîn, les émigrés, et les Ansâr. En effet, chaque émigré venu de La Mecque s’est vu alloué comme frère un habitant musulman de Médine.

Lorsque le Prophète  a initié ces fratries entre les Muhajirîn et les Ansâr, ces derniers ont par eux-mêmes partagé leurs biens matériels (argent, demeure…) avec leurs frères immigrés.

Dieu révéla par la suite le verset suivant, pour faire des louanges à leurs bonnes actions : “Il appartient également à ceux qui, avant eux, se sont installés dans le pays (Médine) et dans la foi, qui aiment ceux qui émigrent vers eux, et ne ressentent dans leurs coeurs aucune envie pour ce que [ces immigrés] ont reçu, et qui [les] préfèrent à eux-mêmes, même s’il y a pénurie chez eux. Quiconque se prémunit contre sa propre avarice, ceux-là sont ceux qui réussissent.” (59 : 9)

Les Muhâjirîn s’installèrent donc avec leurs frères respectifs sur toute l’étendue de la ville de Médine. Ainsi, plusieurs Muhâjirîn habitait dans chacune des tribus de la ville de Médine.

Le Prophète  décida que certains grands compagnons parmi les Muhâjirîn devraient prendre pour frère des musulmans issus de tribus éloignées du centre de Médine. Ces compagnons mecquois étant porteur d’une science plus grande et d’une foi plus forte, ils allaient développer des relations fortes avec leurs clans d’accueil. Par exemple Abu Bakr épousera la fille de Kharijah b. Zayd avec lequel il avait une relation de fraternité, et Abdulrahman b. ‘Awf développera des relations commerciales avec son frère Sa’d ibn al-Rabi’. Ce dernier avait d’ailleurs proposé la moitié de sa fortune à Abdulrahmân, qui refusa.

Le Prophète  par la mise en place de cette fraternité, réalisa deux objectifs :

  1. Il poussa les émigrés à sortir du centre ville de Médine, pour qu’ils puissent se mélanger aux différentes tribus des Ansâr et vivre avec eux en partageant leur culture.
  2. Les émigrés pouvaient ainsi transmettre aux médinois les enseignements qu’ils avaient reçus durant la période mecquoise de la révélation tout en vivant avec eux.

 

Ainsi, le Prophète  nous enseigne l’importance de la fraternité comme fondement de société puisqu’elle renforce les relations entre les habitants sur des bases de confiance et d’amour. De plus, elle permet le mélange de culture, la tolérance et la solidarité.

%s

X