Le comportement exceptionnel du Prophète ﷺ

Trouver les mots justes pour répondre de la meilleure des manières dans toutes les occasions...

Le Messager de Dieu ﷺ était doté d’une éloquence incomparable. Ses propos concis et riches de sens étaient pourtant surpassés par son attitude et son comportement exceptionnels. Son attitude significative et bien plus éloquente que ses mots constituait l’un des traits les plus saillants de sa personnalité.

Lorsque ses contemporains le rencontraient, ils étaient touchés par son attitude et son comportement. Sa prévenance à l’égard d’autrui, son écoute attentive et la considération qu’il accordait à chacun transparaissaient, en effet, à travers ses gestes. C’est ainsi qu’après sa rencontre avec le Prophète ﷺ, le jeune ‘Adiy b. al-Hâtim al-Tâ’iy fut tellement marqué par ce caractère exemplaire que sa vie prit un tournant tout à fait inattendu.

L’histoire du jeune ‘Adiy b. al-Hâtim al-Tâ’iy débute au sein de la tribu yéménite des Tayyi’. Avant l’avènement de l’islam, ceux-ci vivaient de pillages et étaient considérés comme des brigands redoutés et fuis de tous. Le jeune ‘Adiy semblait pourtant échapper à ce destin de brigands. En fait, il eut pour père une personnalité aux qualités telles qu’il en devint presque légendaire. Hâtim al-Tâ’iy était en effet connu pour son immense générosité, il ne manquait jamais de distribuer ses biens. En plus de cette grande générosité, Hâtim al-Tâ’iy était aussi connu pour son hospitalité hors du commun. Ce sont ces qualités, grandement valorisées chez les Arabes de l’époque, qui lui valurent une immense notoriété dans toute l’Arabie.
De confession chrétienne, le jeune ‘Adiy prit peur lorsque l’islam commença à prendre de l’ampleur. Il redoutait en fait une attaque de la part des musulmans. Inquiet, il décida donc de fuir sa contrée afin de rejoindre les provinces arabes byzantines, dans le Châm (région actuelle de la Syrie-Palestine ), laissant sa soeur derrière lui. Durant une bataille, elle fut faite prisonnière et emmenée à Médine. Accablée et désireuse de revoir les siens, elle alla voir le Prophète ﷺ pour se plaindre à lui : « Mon père est mort et mon frère m’a honteusement abandonnée ; sois généreux envers moi, Dieu sera généreux envers toi ». Sensible à sa détresse, le Prophète ﷺ répondit très favorablement à sa demande. En plus de lui accorder sa liberté, il lui donna une monture et des provisions, afin qu’elle puisse entamer le voyage qui la séparait de sa famille.

Émue par cette bonté, elle en fit part à son frère dès qu’elle le retrouva, et l’incita vivement à se rendre à Médine afin d’y rencontrer le Prophète ﷺ dont le traitement l’avait tant surprise que touchée. S’il s’agissait d’un prophète, se disait la jeune femme, son frère aurait le mérite de l’avoir reconnu plus tôt que les autres. Et si ce n’était qu’un roi, alors il pourrait exprimer sa reconnaissance et n’aura pas agi inutilement.

Sur les conseils de sa soeur, ‘Adiy prit la route vers Médine, et, à son arrivée, se rendit dans la mosquée où il rencontra le Prophète ﷺ. Le Prophète ﷺ l’invite alors à l’accompagner chez lui. Chemin faisant, ils croisent une femme âgée, qui interpelle alors le Prophète ﷺ. Muhammad ﷺ interrompit sa marche et prit le temps d’écouter la vieille femme. Surpris par cette attitude, ‘Adiy se dit alors qu’il ne pouvait pas s’agir d’un roi. Et pour cause, cette attitude pleine d’humilité ne pouvait être celle d’un présomptueux monarque, à qui l’idée de se mêler ainsi au peuple ne lui traverserait jamais l’esprit. Une fois dans la modeste demeure du Prophète ﷺ, l’étonnement du jeune étranger s’accrut davantage : le Prophète ﷺ s’empara du seul coussin présent dans la pièce pour l’offrir à son hôte et l’inviter à s’y asseoir, tandis que lui prit place à même le sol. ‘Adiy fut profondément touché par ce geste généreux. Ce qui le marqua davantage, c’est qu’un geste aussi humble puisse venir d’une personnalité de si haut rang. Il ne pouvait définitivement pas s’agir d’un roi, ‘Adiy en était convaincu.

Le Prophète ﷺ l’interrogea alors sur les pillages commis par sa tribu, et sur le pourcentage que lui-même en percevait. Le Prophète ﷺ, pertinemment au courant que ‘Adiy était chrétien lui demanda avec sagesse si ces actes n’étaient pas interdits par sa religion. De cette manière, le Prophète ﷺ faisait appel à ses propres croyances pour le convaincre d’abandonner une tradition aussi injuste que le brigandage.

Suite à cela, l’Envoyé de Dieu ﷺ l’invita à se convertir à l’islam. ‘Adiy, profondément bouleversé par les paroles et les actes du Prophèteﷺ qu’il avait accompagné durant ces moments, se convertit alors musulman.
Cette histoire met en lumière les nobles qualités du Messager de Dieu ﷺ, mais nous y voyons aussi que chacune des valeurs de l’islam se traduisait chez le Prophète ﷺ par des gestes et des comportements exemplaires. En ce sens, l’éthique de l’islam était rendue vivante à travers sa personne. D’ailleurs, la Mère des Croyants ‘ ’icha qualifiait le Prophète ﷺ de «Coran qui marche sur Terre», car en réalité il touchait les coeurs par son attitude empreinte de bonté, de patience et de modestie, par son souci des autres et sa grande bienveillance envers tous les Hommes.

%s

X