Aïd

"Le jeûneur connaît deux moments de joie. Le premier est la joie qu'il ressent lorsqu'il rompt son jeûne. Le second est la joie qu'il ressent...

Le jeûneur connaît deux moments de joie. Le premier est la joie qu’il ressent lorsqu’il rompt son jeûne. Le second est la joie qu’il ressent lorsqu’il rencontre son Seigneur.” disait notre Bien-Aimé Muhammad ﷺ. Ainsi, si le mois du Ramadan est une bénédiction, le jour de l’Aïd l’est bien plus encore.

Dans un hadith rapporté par Muslim, le Prophète ﷺ a expliqué que la veille de l’Aïd el-Fitr, Dieu interpelle les anges : « Ô Mes Anges ! Quelle est la récompense de ces croyants qui ont terminé leur tâche (le jeûne) ? » Les anges répondent qu’ils devraient être récompensés. Le Tout-Puissant répond alors : « Soyez témoins, Je leur ai tous pardonnés », preuve de l’immense miséricorde de notre Seigneur, et du bonheur qu’a le musulman de rompre son jeûne.

Cette infinie miséricorde de Dieu fait de ce jour béni un jour de joie et de fête pour tous les musulmans. Ce jour là, la gaieté et le bonheur se dégagent des visages des jeûneurs qui ont bénéficié de l’aide de leur Seigneur pour accomplir cette noble adoration.

Ce jour là est aussi une occasion pour les musulmans de se détendre, de rendre visite à des amis, à la famille et, de s’habiller de la meilleure des manières à l’instar de notre Prophète ﷺ qui revêtait ses plus beaux habits, et incitait ses compagnons à en faire de même, notamment pour se rendre à la prière de l’aïd.

Cette dernière, le Prophète ﷺ avait l’habitude de l’effectuer à la périphérie de la ville, dans un champ à ciel ouvert, afin que tous les musulmans puissent prier au même endroit et en même temps. Les hommes, les femmes, qu’elles soient indisposées ou non, et même les enfants étaient appelés pour prier et exprimer leur reconnaissance envers notre Seigneur le Très-Haut. Avant de se rendre au lieu de la prière qu’occupe aujourd’hui la mosquée al-Ghamâma, le Prophète ﷺ effectuait ses grandes ablutions et mangeait quelques dattes, marquant ainsi la fin du jeûne. Ensuite, il effectuait la route à pied, en louant notre Seigneur de ses plus beaux attributs, et les compagnons faisaient de même. En revenant, il changeait volontairement de chemin afin de croiser de visiter d’autres quartiers, et d’autres compagnons.

Le jour de l’aïd est aussi un jour de solidarité. Le versement de l’aumône obligatoire, la zakât, permet en effet aux plus pauvres de bénéficier des festivités. Moment de symbiose et d’union des musulmans, riches comme pauvres, moment d’amour, de fraternité et de joie.

Aussi, c’est un jour où les enfants débordent de joie et de vivacité, ils reçoivent des présents, mangent des douceurs préparées pour l’occasion. C’est un jour de pardon, de visite entre musulmans, de renouvellement des liens de fraternité et d’amitié. C’est un jour où les musulmans se réunissent, prêts à s’encourager mutuellement vers le bien, tout en célébrant les bienfaits de leur Seigneur.

%s

X